UA-64836600-1
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

23/07/2013

LITTERATURE EN LAGAST 2013 / ALAIN-FOURNIER

Cette cinquième édition de Littérature en Lagast a réuni un public attentif et extrêmement enthousiaste  devant la richesse des communications proposées. La présence de la petite nièce d'Alain-Fournier, Secrétaire de l'Association des Amis de Jacques Rivière et d'Alain-Fournier (AJRAF),  a apporté par son vécu familial un élément de présence charnelle nous rendant cet auteur disparu tout proche. Aussi ne manquez pas de commander le numéro 5 des Cahiers de Littérature en Lagast dans lequel vous pourrez retrouver ou découvrir les passionnantes interventions de nos invités. Qu'ils en soient d'ailleurs fortement remerciés.

 

cahier-5-R.jpgPrésentation de l’ouvrage (format 16 cm X24cm – 79 pages plus un cahier photo) :

Préface de Rémi Soulié, Vice-président de l’Amitié François Fabié

     1.       Michel Loure : Henri (Alain) Fournier par lui-même

     2.       Michel Autrand :  Le Grand Meaulnes, une mystique de la terre

     3.       Thierry Laget : Les verres de Claude Lorrain

Le cahier Photo

    4.       Jean Sarocchi : Aux Grands Meaulnes les Grands Remèdes

     5.     Littérature en lagast, Alain Fournier, Maison d'écrivain François Fabié, Moulin de Roupeyrac  Jerôme Mazzariol : Prélude à l’Après-midi de Meaulnes

 

     6.        Michel Bernard : Ravel au miroir du Grand Meaulnes   

30/06/2011

16 juillet 2011 : Troisième édition de Littérature en Lagast

René Guy Cadou, littérature en Lagast, moulin de Roupeyrac, aveyron, littérature, poésie, François FabiéRené Guy CADOU - A l'occasion du 60° anniversaire de la disparition du poète, Littérature en Lagast lui consacrera sa troisième journée d'étude de 10h à 18h au moulin de Roupeyrac. 

Présentation de la journée par Rémi Soulié, Directeur de Littérature en Lagast

Voilà soixante ans que disparaissait, en sa trente-et-unième année, René Guy Cadou (1920-1951). Avec sa femme Hélène, exemplairement, il « habita en poète » dans le petit village de Louisfert, aux confins de la Bretagne et de la Brière, parmi les lys et les volubilis. Limpide, transparent, évangélique, il y chanta l’amour, les saisons, les marais, la mort au cœur de la vie et révéla une terre enchantée sur laquelle il sema ses propres merveilles, des images et des mots tombés du ciel. Robert-Vallery Radot, dans le Cahier de l’Herne qui lui fut consacré, en 1961, avait vu juste : « Maintenant, je sais pour toujours ce qui fait chanter Cadou, aussi naturellement qu’une mésange : c’est l’enfance du cœur qui, par l’amour humain, l’accorde à toute la création. »

A l'issue de la journée un repas dinatoire sera servi et une soirée exceptionnelle proposée à 21h : des textes de Cadou mis en musique et interprétés par Jacques Ibanès.