UA-64836600-1
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

10/08/2016

Catherine Huppey à l'Office de Tourisme du Réquistanais

Catherine Huppey, exposition peinture, amitié François Fabié


En ce mois d'août 2016 pour sa troisième exposition dans le cadre de l'office de Tourisme du Réquistanais, l’Amitié François Fabié est heureuse de proposer cette exposition d’œuvres de Catherine Huppey. Elle est le fruit d’une suite de rencontres et symbolise ce dont notre temps a un besoin pressant. Ce fut d’abord la rencontre avec l'artiste qui a tout de suite accepté de se déplacer de Sorèze à Réquista avec une spontanéité, une simplicité incroyable. C’est avec cette même spontanéité que Catherine Huppey a proposé aux artistes la peinture de l’affiche du spectacle créé pour Littérature en Lagast, avec une disponibilité qui témoigne d’une grande humilité, d’une belle humanité.

Les œuvres présentées lui ressemblent. Elles occupent tout l’espace d’exposition mais elles ne s’imposent pas. De grand format mais discrètes, elles se proposent simplement. Il faut se rendre disponible pour accéder à l’espace d’intimité et de présence qu’elles dégagent. Ce sont d’abord des visages, des visages qui ne sont pas anonymes mais qui ont un nom, des présences fortes traduites à la fois par des couleurs puissantes mais avec des tons pastel qui restituent une atmosphère de douceur et attestent de la qualité du regard de l’artiste. Regard de l’artiste mais regard également de ces jeunes filles dont il faudrait parler. Dans ce jeu de regard c’est le notre qui est sollicité.

« J‘ai fixé dans ces tableaux les silhouettes, les visages, les regards, qui ont arrêté mes pas, le temps d’un croquis sur les rives du Mékong. J’ai essayé de faire revivre le charme de ces rencontres dans ces peintures à l’huile et à la cire, réalisées à l’atelier à partir d’aquarelles griffonnées sur place. Ma mémoire a enregistré des lumières, des couleurs qui se sont atténuées avec le temps mais qui se sont amplifiées avec mon imagination. » Ces œuvres sont bien le fruit de ces rencontres dont elles témoignent admirablement. 

Et puis il y a aussi ce « cri », contre point douloureux à ce qu’expriment ces tableaux, à moins que ce ne soit le cri qui vous habite, ou le cri étouffé de celles (et pour le coup ce sont les seules qui n’ont pas de nom), qui attendent le chaland sur le marché et n’ont pas la chance d’aller à l’école. En tout cas ce tableau qui n’allait pas de soi dans l’ensemble présenté, qui paraissait en rompre l’unité a toute sa place. Peut-être comme un rappel que ce beau témoignage d’humanité est un combat mais dont les armes sont ce regard porté sur l’autre, empreint d’une profonde empathie, tourné vers la rencontre, et l’éducation.

Merci, Catherine de nous faire partager ces rencontres, la qualité de votre regard et de mettre ainsi votre art au service de notre humanité.

Ne vous refusez pas cette invitation à découvrir cette exposition.

Vous pouvez visualiser le diaporama (cliquez) de l'exposition et du vernissage, diaporama que nous devons à Madame Champon et que nous remercions chaleureusement.

Les commentaires sont fermés.