UA-64836600-1
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

27/07/2016

Littérature en Lagast 2016

Littérature en Lagast, fête du pain, le troisième Week-end de juillet est un week-end important pour le moulin de Roupeyrac qui réunit dans ces deux journées tout ce qui en fait sa richesse. Un domaine patrimonial en ébullition le dimanche, source d’animations et de découvertes toujours renouvelées, de goût retrouvé dans ce pain cuit au four du moulin. Une journée familiale et sympathique appréciée de tous d’autant que le soleil était de la partie à la suite d’une semaine frisquette.

Littérature en Lagast, c'est la fête de la maison d’écrivain, maison du poète François Fabié qui reçoit en son moulin natal depuis huit années déjà, des frères en littérature qui s’efforcent d’éveiller en chaque lecteur, pour le partager, cet émerveillement du monde qui s’offre à eux à partir de ce coin de terre singulier qui est le leur, œuvrant pour une habitation poétique de la terre.

Cette année c’était André Dhôtel Abdré Dhôtel, Littérature en Lagast, Moulin de Roupeyrac, François Fabiéqui nous venait des Ardennes porté par la voix de ses amis - Nils Blanchard, Philippe Blondeau, Michel Lamart, Patrick Pluen - accourus des Ardennes bien sûr, mais aussi d’Alsace et de Champagne, et celle de  Jean Sarocchi à la fois le régional de cette  étape ardennaise en Rouergue et fil rouge de nos colloques. Si la scientificité des conférences était une fois de plus au rendez-vous, la cordialité des échanges et des rencontres donnent à ces journées un caractère particulier presque intime,  intimité accrue par la présence de François Dhôtel, fils de l’écrivain. Chacun se met à la portée de chacun tirant plaisir et bénéfice et de la communication et de l’écoute. Une journée très réussie si l’on en croit les retours qu’en ont eus les organisateurs. André Dhôtel, Littérature en Lagast, moulin de Roupeyrac, François Fabié, Maison d'écrivain

Il faut dire que les lectures musicales qui ont ponctué la journée ont complété admirablement les communications savantes rendant sensible, tangible, la langue d’André Dhôtel et sa dimension poétique qui s’est pleinement révélée dans le spectacle de fin de journée qu’accentuait encore le somptueux décor du Moulin de Roupeyrac. Nous remercions Hélène Marquès, comédienne, et  Françoise Prud’hon, musicienne, pour l’excellence de leur travail. 

André Dhôtel, Littérature en Lagast, moulin de Roupeyrac, François Fabié, Maison d'écrivain

Au fond chaque année, Littérature en Lagast apporte la preuve que la littérature n’est pas seulement une aventure intellectuelle dont serait exclu le commun des mortels mais une expérience concrète, bien réelle et partagée par tous les participants et que l’habitation poétique de la terre, selon les mots de Rémi Soulié, n’est ni une illusion ni une utopie puisque la Maison d’Écrivain François Fabié en est le lieu. Peut-on lui rendre plus bel hommage ?