UA-64836600-1
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

06/01/2015

Hommage à Yves Rouquette

Yves Rouquette, décès yves Rouquette,françois fabié, littérature en Lagast, maison d'écrivain, poésie, occitan


 

La maison d’écrivain François Fabié rend hommage à Yves Rouquette. Nous avons eu le plaisir d'accueillir Yves Rouquette au Moulin de Roupeyrac  dans le cadre de notre colloque Littérature en Lagast à deux reprises. En 2011, en tant que participant (photo ci-contre) et en  2012, comme intervenant du colloque sur Jean Boudou dont voici la fin de son intervention qu’on peut retrouver dans le cahier N° 4 de Littérature en Lagast où l’on reconnaît son engagement pour l’Occitanie :

« On est en droit de s’étonner qu’une œuvre aussi sombre, aussi peu faite pour donner du courage et pousser à l’action ait eu un tel succès auprès des occitanistes de tout âge et de toute condition. Mais je ne m’en étonne pas. Quand un peuple comme le nôtre est sans existence légale ; quand, politiquement, il ne dispose de pouvoir que dans le cadre et la logique d’une autre nation ; quand ses ressources énergétiques, financières et humaines ne servent, comme dans le passé, qu’au bénéfice d’un Etat et d’un système que l’histoire a imposé ; quand sa langue, en parfait état de marche, se trouve condamnée à la mort lente par la diminution implacable de ses locuteurs, les médias en tout genre, un enseignement-alibi donné au compte-gouttes, rien n’est plus urgent et plus salubre — comme l’affirmaient les situationnistes contemporains de Boudou — que de «manger sa merde» au lieu de l’analyser, de l’expliquer. On a alors les meilleures raisons de s’opposer à l’ordre en place. Pour un poète ce n’est pas rien. Encore fallait-il l’imposer contre l’immobilisme béat des écrivains d’oc du Rouergue, contre la modernité souvent faite d’opportunisme et de grosses ficelles des esthètes de l’occitanisme. »

Mais il n’y a pas de plus grand hommage rendu à un poète que de faire vivre son œuvre. Aussi nous voulons citer ces quelques vers qui expriment si bien son amour de la terre et des paysans autant que le sens de notre propre action et des journées de Littérature en Lagast auxquelles il a participé. Ils sont extraits du poème Odenlino, Pas que la fan, lettras d'oc 2009 :

 

Image (7) copie.jpg

 

   
   

 Nous exprimons à sa famille et à l'ensemble des lettres occitanes nos plus sincères condoléances.

 

 

<!--[if gte mso 10]>

Les commentaires sont fermés.