UA-64836600-1
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

21/08/2011

Vendredi 19 août 2011 : Lectures au Moulin avec Emmanuel Golfin

emmanuel golfin, lecture au moulin, poésie, littérature, maison d'écrivain, moulin de roupeyrac, françois Fabié, aveyron, rouergueC’était la deuxième et déjà, hélas, la dernière de la saison. Quel régal et quel bonheur ! Cette perception fut unanimement partagée par le public présent. Emmanuel Golfin était l’auteur invité pour cette deuxième lecture. Il était accompagné par Maria-Barbara Demiguel à la cithare et à la flute à bec. Le terme d’ « intermèdes musicaux », selon l’annonce de l’affiche, traduisait en fait bien mal ce qui nous a été proposé. Il s’agissait bien plutôt d’une vraie création musicale, répondant à la création du poète. Les poèmes lus trouvaient ainsi un heureux prolongement, leur offrant une résonance dans des harmoniques qui les déployaient  sans intrusion ni effraction dans l’imaginaire de l’auditeur. Celui-ci pouvait suspendre son attention et se laisser accompagner dans une intériorisation de ce qu’il avait entendu. La qualité de l’écoute et du silence traduisait bien mieux que je ne sais le dire l’intensité de ce moment, l’émotion et le plaisir partagé. Le cadre de la cuisine du Moulin de Roupeyrac offre il est vrai un cadre tout à fait propice à l’intimité et à l’authenticité que requiert la poésie bien loin du bruit et de la foule. Pas de risque qu’on aille, ici, selon les mots de Fr. Fabié dans un poème lu par Emmanuel Golfin (Le rouge gorge), « préférer l’artifice à l’art ».

On peut trouver les deux recueils de poése d’Emmanuel Golfin au Moulin de Roupeyrac. Ils ont été publiés aux Editions du Bon Albert : Le pays retiré (2008) et L’écho que tu attendais (2011). Barbara Demiguel,emmanuel golfin, lecture au moulin, poésie, littérature, maison d'écrivain, moulin de roupeyrac, françois Fabié, aveyron, rouergue

 

06/08/2011

Lecture au moulin, ce vendredi 5 août 2011 c'était la première

 

moulin de roupeyrac, quercy, rouergue, gilles lades, poésie, lecture, françois fabie

Une première qui a tenu toutes ses promesses, non pas au regard des attentes des organisateurs mais bien plus fondamentalement au regard des attentes des auditeurs du poète quercinois Gilles Lades. Des attentes inconnues mais sans doute pressenties, en tous cas révélées par la rencontre avec un homme et son œuvre. Rien de spectaculaire, simplement une ambiance, une voix, le cadre du Moulin de Roupeyrac, et des textes. Des textes qui éveillent au silence propice à des retrouvailles avec soi-même et ce qui surgit dans ces moments si rares aujourd’hui où tout nous aspire à la dispersion dans l’effervescence de distractions admirables. Ce soir là le poète nous fit ses « Témoins de Fortune » (titre d’un de ses recueils édité à L’Arrière-Pays) : « Chaque jour achevé donne un vers/ et le mois un poème/ chaque soir rend aux arbres/ leur tranchant de lumière ». Ce soir là paraissait rendre à nos âmes comme à l’esprit de cette maison d’écrivain, son « tranchant de lumière.

moulin de roupeyrac, quercy, rouergue, gilles lades, poésie, lecture, françois fabie