UA-64836600-1
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28/06/2011

Ouverture de l'expo: Visages du Rouergue

JVS(41).jpgUn vernissage réussi, servi par un temps magnifique. Une exposition en concordance avec le cadre du moulin de Roupeyrac comme s'est plus à le souligner JF Costes, président de l'Amitié François Fabié. A lire sa présentation de l'exposition. Ainsi  l’Amitié François Fabié installe ainsi peu à peu dans le paysage culturel des manifestations de qualité sans tapage  ni prétention accessible à tout public dans une atmosphère simple et amicale. C’est ce qu’a souligné madame Vabre, conseillère régionale, dans sa prise de JVS(60).jpgparole. C’est également ce qui a amené madame Escoffié, sénatrice, à nous faire part de son regret de ne pouvoir être présente. C’est encore ce qui détermine la Municipalité de  Durenque, comme l’a rappelé son maire Monsieur Baldet, JVS-(58).jpga enrichir le site du Moulin de Roupeyrac d’une salle permettant d’accueillir conférences, colloques, expositions temporaires.

 


JVS(32).jpg" Je suis heureux, au nom de l’Amitié François Fabié et du Syndicat d’initiative de Durenque de vous présenter l’exposition 2011 : « Visages du Rouergue », fruit du travail de Gérard Vabre, de sa passion pour la photographie et de sa fidélité à son village. Originaire de Sever de Castanet comme beaucoup d’aveyronnais, ses études et sa vie professionnelle l’ont conduit à partir de son village sans jamais s’en éloigner. Les photographies qu’il nous présente aujourd’hui sont le fruit de cette proximité, une proximité éloignée de tout faux intimisme, une proximité intégrant une distance qui donne de la consistance, respecte l’autre et ne le réduit pas à son image.

La première fois que j’ai vu ces photographies que Gérard avait voulu présenter à ses amis et voisins pour les remercier et leur rendre hommage, j’ai été saisi par ce que j’ai vu, par cette exposition, installée dans la grange de la ferme familiale, lui offrant un contexte magnifique. Aussitôt s’est imposée l’idée, la conviction que ce travail devait être montré à la fois comme document ethnographique mais aussi comme témoignage d’un mode d’être et de présence au monde dont nous voudrions qu’il soit toujours le nôtre, qu’il ne nous soit pas totalement étranger. Voilà pourquoi je suis heureux de vous présenter cette exposition dans ce cadre du Moulin de Roupeyrac, maison natale du poète François Fabié.

Il y a une étrange parenté entre le travail de Gérard Vabre et la poésie de François Fabié. Ce que Fabié a mis en mots, Gérard, d’une certaine manière, l’a mis en image. D’ailleurs, cette parenté, Gérard l’a, à son insu de son plein gré, hautement revendiquée. Il y a des coïncidences qui nous dépassent et nous agissent. Gérard est quelqu’un de modeste et de discret mais qui nous a néanmoins conduits à déposer la muséographie d’une salle de la maison d’écrivain pour qu’y soit accueillie la seconde moitié de l’exposition, la première moitié étant dans la salle du bas. Or, la salle déménagée est la salle dite de la généalogie. François Fabié chantre du Rouergue et de son âme et de ses fils est-il écrit sur sa maison natale. Gérard, cette filiation revendiquée, nous sommes heureux de l’assumer. Voilà ce qui garde et gardera vivante notre maison d’écrivain pour que notre passé ait un présent et notre présent, un passé.

Il ya une autre coïncidence dont je voudrais parler et qui pour moi est extrêmement signifiante. Cette coïncidence me permet de remercier Jef van Staeyen, un ami Belge de Gérard, architecte, présent aujourd’hui. Il a beaucoup travaillé à la communication graphique de l’exposition : conception de l’affiche, présentation et mise en page du catalogue. Sa présence traduit le rapport de Gérard à d’autres rivages, à un extérieur maritime. Or si ce lieu du moulin de Roupeyrac est resté vivant c’est toujours dans ce rapport entre dedans et dehors, intérieur et extérieur, milieu de pleine terre et rivages maritimes. C’est très étonnant et riche de significations. François Fabié à la fois rouergat et provençal, a ouvert et noué le Rouergue à la méditerranée, et dans cette filiation que j’évoquais, Gérard Vabre qui ouvre et noue le Rouergue aux rivages atlantiques. Cette amitié et cette collaboration signifie que nous ne sommes pas dans des recherches de préservations identitaires fermées mais qu’au cœur du terroir souffle l’appel du large qui nous invite au voyage en nous évitant de nous embarquer sur un bateau ivre. " JF Costes, Président de l4Amitié François Fabié.

IMGP1262.jpg

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.